Mis en avant

Préludes

C’est l’histoire d’une jolie jeune fille: Emy qui est tombée amoureuse d’un gentil garçon: Bob. Avec beaucoup d’amour ils ont créé la vie …et leur vie a basculé!

Suivez les aventures d’une mère en crise, parfois indigne et de sa famille…ici pas de méthodes pour avoir une maison parfaitement rangée quel que soit le moment de la journée, pas de conseils sur l’éducation positive, pas de recettes équilibrées avec des légumes de saison et sans gluten, ni d’astuces pour rester mince après avoir accouché de son deuxième enfant: juste du vrai, du linge sale et des cheveux mal coiffés: une authentique vie de femme imparfaite et fière de l’être!

Toutes mes condoléances

En tant qu’ancienne maman qui voulait être parfaite, je m étais imaginé ma vie de famille ainsi:

– une éducation positive sans cris ni punitions,

– des repas équilibrés faits maison avec des fruits et légumes de saison bio,

– des vêtements propres chaque jour, nettoyés avec une lessive écologique, repassés et sans bouloche

– des jeux éducatifs, en bois, fabriqués en France

– pas d écran, pas de téléphone; des lectures enrichissantes en favorisant les romans plutôt que les BD

– des bonnes manières, une politesse permanente, bien sûr pas de caprice dans les magasins pour avoir un cadeau

– des instants partagés en famille, nous tous dans le jardin ensoleillé, bien peignés, les habits étincelants malgré nos jeux à l extérieur, riant de nos plus belles dents : une famille pouvant sans soucis rendre jaloux cette conne de famille Ricoré.

– des instants calmes, de partage, toujours apaisés

– des ballades, des activités sportives au grand air

– des beaux voyages, des feux de camp, des Chamallows grillés et des bœufs à la guitare à la belle étoile

– une maison toujours impeccable, bien rangée, le linge délicatement parfumé séchant sur la terrasse

– une organisation familiale bien rodée où chacun sait ce qu il a à faire

– notre couple complice se réveillant main dans la main sans épis ni haleine de chacal, grâce aux enfants sautant sur le lit en riant…

Ce jour, je présente mes condoléances à moi même pour le décès prématuré de mes illusions concernant ma vie idéalisée. RIP…

Signé : une maman en pyjama à 15h, cheveux gras, regardant la télé sur le canapé après avoir mangé des pizzas à midi, qui prie pour que sa petite prolonge sa sieste afin de la laisser tranquille ! #mèreindigne

Le bien être au travail

En tant que RH je travaille quotidiennement à favoriser le bien être au travail. Chaque jour je me pose la question de savoir comment permettre aux équipes de l’entreprise de se sentir bien, de ne pas avoir envie de partir de l’entreprise, de se sentir épanouies à leur poste de travail. Et puis je réfléchis à ce qui me permet d’être heureuse au travail histoire de trouver des pistes concrètes et voilà ce que je retire de mon analyse:

  • quand tu te lèves le matin avant même que le réveil n’ait sonné car la petite n’a plus sommeil
  • quand tu es obligée de nettoyer un biberon les yeux tout collés pour lui faire le déjeuner tout ça parce que tu n’as pas eu le courage de le faire la veille
  • quand tu as 5 minutes chrono pour aller te doucher avant que quelqu’un ne t’appelle pour te demander où est le cahier rouge qu’il fallait à tout prix signer aujourd’hui pour l’école (pas demain, pas hier, aujourd’hui!)
  • quand ça fait un quart d’heure montre en main que tu cherches une paire de chaussettes propre parmi la tas de chaussettes célibataires que tu as mis par flemme dans le tiroir
  • quand tu es obligée de coiffer ta fille de 9 ans qui a décidé que c’était pas une priorité pour elle d’avoir des cheveux démêlés et attachés aujourd’hui
  • quand tu es enfin prête à partir et que la petite décide d’aller patauger dans la gamelle du chien
  • quand tu déposes la petite propre à la crèche et que l’assistante de puer te fait remarquer qu’elle a une tache sur son t shirt et qu’il vaut mieux la changer
  • quand enfin tu prends la route pour te rendre à ton boulot avec déjà une demi heure de retard et que l’autoroute est bouchée…

…. et bien tu es super bien au boulot! comme quoi pas besoin de faire un master spécialisé en qualité de vie au travail les gars: ayez des gosses!

Pourquoi mamaaaaaaaaaaaaaan!!?

Vous l’avez désiré, imaginé. Vous lui avait parlé lorsqu’il était encore dans votre ventre, peut être même avez vous pratiqué l’haptonomie pour communiquer au mieux avec ce petit être à naitre. Lorsqu’il est né vous l’avez regardé et vous avez su que votre vie ne serait jamais comme avant. Le cœur rempli d’amour vous avez suivi son évolution, vous êtes émerveillée de ses capacités et avez souhaité que le mot maman caresse le plus rapidement possible vos oreilles. N’est ce pas également de la propre bouche de son enfant que l’on se sait maman?

Et puis ce magnifique mot est enfin arrivé, il ou elle l’a balbutié, puis dit et redit avec de plus en plus de confiance, faisant grandir votre joie de vous sentir maman.

Aujourd’hui c’est le mot que vous entendez le plus souvent dans la journée, il y a proportionnellement autant de « a » que de détresse dans la situation que rencontre « votre petite merveille »:

mamaan, j’ai soif

mamaaan , quand c’est qu’on arrive?

mamaaaaaan j’ai fini viens m’essuyer!!!

mamaaaaaaaan il veut pas me prêter son jouet!

mamaaaaaaaaaan je veux la poupée lol à 25 € pour passer plus de temps à l’ouvrir qu’à m’amuser avec

mamaaaaaaaaaaaaan j’ai perdu doudou

mamaaaaaaaaaaaaaaaaaan « pfrkodjfenicjd » (excusez moi c’est intranscriptible lorsque « merveille » pleure!)

Ce mot magnifique, tant souhaité et attendu, devient votre pire cauchemar: celui qui vous rappelle que vous êtes corps et âme liée à vie avec une « merveille » de plus en plus exigeante, que votre liberté de faire le choix de ne rien faire va disparaitre, que vous ne serez plus jamais au centre de votre propre attention, que vous allez comprendre et expérimenter ce que le mot patience veut dire…. en résumé: que du bonheur!!

T’es qui toi?

Je m’appelle Emy et je suis actuellement en train de préparer activement ma crise de la quarantaine qui doit arriver dans un an! Je suis maman de deux filles magnifiques C et M et « épouse » de Bob. Après avoir passé les neufs dernières années à culpabiliser de ne pas être la mère que je souhaitais être, après m’être remise en question des centaines de milliers de fois sur mes méthodes d’éducation, après avoir craqué devant le linge à repasser, tout ça en tentant d’avoir un job épanouissant, j’ai décidé de me revendiquer maman imparfaite et fière de l’être. Je partage ici mes pensées, mes anecdotes et mes réflexions de mère beaucoup moins en crise, et beaucoup moins indigne depuis qu’elle ose être ce que les autres se cachent d’être : une maman mais surtout une femme imparfaite!

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer